Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A year abroad in London

Les journées londoniennes d'une luciole indécise.

Pensées hivernales

Pensées hivernales

Souvenirs de chute

Je l’ai connue en un autre temps. L’époque où j’avais chuté. J’avais visé la perfection ; j’avais resplendi quelques instants, et j’avais échoué. L’éloge et l’admiration avaient laissé place à la pitié. La malade, il ne restait plus que cette identité creuse. J’avais honte et je préférais m’effacer la tête haute dans une lutte absurde contre le besoin. Je voyais ma propre déchéance comme une tragédie grecque ; fascinée par l’horreur de la situation, rassurée que ce ne fût que du théâtre. Mais ce n’en était pas, et je le réalisais parfois avec effroi. Ce qui me le rappela, ce fût leurs morts. J’y pense souvent. Surtout à elle. Parce qu’elle s’en sortait. Et, avant que l’on ne fasse fermer son blog, j’ai lu ses derniers mots. Elle parlait de culpabilité et d’argent, de rechute et d’une fille qu’elle aimait en vain. Après avoir perdu deux ans, après avoir tant coûté à ses parents, après avoir obtenu son diplôme, elle n’y arrivait toujours pas. Pourtant, je me souviens encore de son sourire, de nos débats philosophiques qui avaient dérangé par leur abstraction – on attendait de nous des émotions –, et de sa lucidité. Je la suivais de loin, après, et j’étais heureuse pour elle ; tout semblait aller mieux. Je sais que je ne retomberai pas, que j’ai eu la chance qu’elle n’a pas eue, mais je ne sais même pas pourquoi. C’est comme ça. Ce qu’il me reste de cette époque, c’est une hantise de la chute. A chaque fois que je souffre, tous ces souvenirs tournoient autour de moi. Ils provoquent cette même fascination effrayée que je déteste.

Soho

Dans la joie, quelque chose me retient. Si j’agis spontanément, comme je me force à le faire, j’arrive à coïncider quelque peu avec l’instant. La danse a quelque chose d’enivrant, comme si, en y rajoutant des gestes superflus, on parvenait mieux à saisir le présent. Quelques déceptions, un instant de fatigue et je me souviens. Le présent perd toute sa consistance. Mes amis finiront par me détester, ils s’en iront comme ils ont déjà pu le faire, on ne m’aime que pour ce que je me force à être. Je vois le divertissement et son absurdité. Je vois la violence. La compétition. La jalousie. La haine, même. Et l’égoïsme, surtout. Je vois que ceux qui ne sont pas capables de jouer le jeu seront balayés sans pitié. Et que tout le monde en sera incapable, un jour où l’autre. Tout le monde finira balayé. Les jugements s’abattent. Je me conforme, et je me déteste. Je me conforme pour ces quelques minutes, dans certaines soirées, où quelque chose de vrai se produit enfin. Des mots sont échangés, autrui se révèle. L’amitié naît sous la violence des néons. Mais c’est tellement fragile. Elle peut s’en aller comme elle est venue, n’avoir été qu’une lumière un peu plus belle que les autres, mais elle aussi destinée à s’éteindre. Il me reste les lumières du marché de Noël. Personne ne dit jamais rien. Personne ne parle de soi. Tout le monde a peur de paraître faible. Il y a aussi ces danses absurdes, où le corps est maître. Tout est si instable et terrifiant. Et je me dis que si seulement nous savions parler, elle ne serait peut-être pas morte.

Interrogations

Que faire de tout cela ? J’étais ramenée à mon être fondamental, puis j’ai comme été projetée dans le scintillant des nuits londoniennes. Trop penser fait souffrir ; le pur divertissement laisse bien trop vite tomber ses parures. Je ne crois même pas à l’authenticité. Je suppose qu’il faut continuer mon errance et qu’une cohérence naîtra a posteriori. Cette question si simple, presque idiote : « Que faire de ma vie ? » reste toujours présente, en arrière-plan, elle résonne parfois plus fort. L’argent, l’art, la philosophie, les voyages… Mais je ne peux même pas avoir de réponse avant de choisir, et, une fois que j’ai choisi, c’est trop tard, j’y suis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article